•        La catiche est le nom donné au terrier de la loutre. La loutre fait sa catiches dans des enrochements, souches ou simplement des talus en bords d'eau. Les catiches naturelles sont constitué d'une entrée  au ras de l'eau, voir parfois sous l'eau, menant à une loge aérée par une "cheminée". Cette catiche est un lieu de mise bas, une loutre mâle ou femelle sans progéniture peut changer de gite tous les jours....  


          Une catiche constituée de bois à été mise en place sur le site. Elle a pour but d'offrir un refuge pour une loutre devant déplacer ses loutrons, en cas de forte crue par exemple , ou à l'inverse en période de sécheresse ,méttant à jour les catiches naturelles devenues accessibles à d'autres espèces y compris domestiques telles que les chiens.


          Cette catiche artificielle fabriquée en planches non désignée,est pourvue de deux entrées, la loutre pouvant s'échapper par l'une ou l'autre si besoin est. Elle est constituée de deux loges, une première faisant office de zone de tranquillité pour la mère et une seconde ou des loutrons peuvent se tenir bien au chaud. Pour l'instant cette catiche n'est pas utilisée et n'as servi à la loutre que pour manger ses proies à l'abris des regards ou des concurrents tels que les renards...



    votre commentaire
  •          Fort de 14 ans d'expérience en tant que pisciculteur ayant géré le premier site pilote expérimental en France dans le domaine de la protection contre la prédation liée à la Loutre d'Europe (pisciculture de Bugeat), je me suis aujourd'hui reconverti professionnellement en mettant mes compétences au service des pisciculteurs et des associations environnementales.

    Des fiches actions concernant cette problématique de cohabitation sont mises en place à travers un Plan National d'Actions en faveur de la Loutre d'Europe (PNA Loutre 2010-2015).

    A la demande des associations environnementales et en accord avec les pisciculteurs concernés, j'effectue sur sites des expertises basées sur la recherche des solutions de protection contre la prédation de la Loutre, en prenant en compte la topographie et l'agencement du site, la méthodologie de travail du pisciculteur, ainsi que les extrordinaires capacités des loutres. 

    Je travaille ainsi en collaboration avec la Fédération Française d'Aquaculture (FFA), la Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), l'association WWF, les groupes mammalogiques, les Parcs Naturels Régionaux (PNR), les DREAL et toutes associations environnementales rencontrant des problématiques liées à la Loutre d'Europe.


    votre commentaire
  • Le site : mise en place d'un havre de paix...

    Ce terrain très sauvage de 4,3 hectares, bordé par plus de 700 mètres de rivière, comporte également des petites gouilles et des mares. Le projet est d'aménager l'ensemble de la propriété en havre de paix pour la faune sauvage.

    L'une des mares (petit étang) d'environ 1000 m2 est située à 10 mètres de la rivière et  est fréquentée par les loutres, celles-ci venant pêcher les poissons s'y trouvant et chasser les amphibiens. Petit à petit je réimplante des végétaux aquatiques et des enrochements afin de créer des zones refuges et de reproduction pour les amphibiens.

    Des empoissonnements réguliers sont actuellement effectués pour palier à la prédation des loutres ; plus tard le cycle reproductif des espèces piscicoles compensera naturellement la prédation par la loutre..

    Le site, constitué de divers milieux, tels que des zones humides, taillis, lande à bruyère, micro tourbière, sous bois..., accueille de nombreuses espèces telles que la martre (Martes martes) , la fouine (Martes foina), le putois (Mustela putorius), le blaireau (Meles meles), la loutre (Lutra lutra), le renard (Vulpes vulpes ), le cheuvreuil (Capreolus capreolus), l'écureuil roux (Sciurus vulgaris), le milan noir et royal, la buse, de nombreux passereaux, chauves-souris, micro-mammifères, amphibiens, odonates...

    Une catiche (terrier des loutres) artificielle vient d'être implantée sur le site, elle a  pour but de proposer aux loutres une "catiche refuge". En effet,en cas de crue ou inversement en période de sécheresse où les catiches naturelles peuvent êtres accessibles par exemples aux chiens de chasse,les loutres trouveront ici un gite tranquille.

     

     


    votre commentaire
  • photos de l\'affût
    Voir la galerie

    votre commentaire